Heidi Wouter (50) témoigne: « Je me suis rendu compte qu'il n'y avait qu'une seule voie à suivre: aller de l’avant ! »

Heidi Wouters a 50 ans et a appris en 2011 qu'elle avait un cancer du sein. Avec deux enfants de 12 et 14 ans, le sol s'est effondré sous ses pieds. Heureusement, Heidi est une personne positive et s'est vite rendu compte qu'il n'y avait qu'une seule possibilité : continuer à avancer.

Heidi Wouters: « Le premier jour du printemps, en 2011, on m'a diagnostiqué un cancer du sein, explique Heidi. J'ai tout de suite pensé que mes enfants, qui avaient 12 et 14 ans à l'époque, devraient continuer sans leur maman. Le sol s'est effondré un instant sous mes pieds. Heureusement, j'ai vite repris le dessus et je me suis rendu compte que je n'avais qu'un seul choix, continuer! J'ai même réconforté mes parents, qui étaient dévastés et leur ai promis que je battrais le "monstre du cancer".

Une semaine plus tard, j'étais déjà opérée. Au cours de l'opération de sauvetage du sein, ils ont enlevé une  tumeur non hormonale de 4 cm de long. J'ai aussi dû faire de la chimio, mais comme ma fille faisait sa communion, nous avons reporté le traitement après ce jour-là. Sa communion devait être une belle fête, insouciante, pour elle.

Après cela, on m'a donné 6 séances de chimiothérapie et 33 séances de radiothérapie. C'était vraiment lourd à porter. C'était une période très difficile, non seulement physiquement, mais aussi émotionnellement, surtout après le traitement. Mais nous avons réussi!

J'ai très lentement repris le cours de ma vie, et heureusement j'ai pu compter sur le soutien de nombreuses personnes adorables et compréhensives.

J'essaie maintenant de trouver un bon équilibre entre, d'une part, la lutte contre le cancer et, d'autre part, mon engagement envers cette cause. Par exemple, j'ai par le passé pris l'initiative de donner pour la première fois un foulard de tête aux femmes qui reçoivent une chimio à l'hôpital. L'hôpital Lier continue à le faire.

Parfois, je sais que j’en fais un peu trop, ce qui n'est pas bon pour moi.  Alors j'essaie d’en faire beaucoup pour les autres, mais sans pour autant perdre le contrôle sur ma vie.

Bien sûr, il y a encore des moments difficiles, mais je réalise à quel point j’ai de la chance et à quel point je peux je peux être reconnaissante. De me voir accorder une seconde chance.

De plus, j'aimerais également féliciter de tout cœur Pink Ribbon pour son 25ème anniversaire, tant à l'échelle internationale que nationale. C’est incroyable que les patientes atteintes du cancer du sein aient dû affronter leur cancer sans le soutien de Pink Ribbon! »

Lees meer getuigenissen:

Maria Thielen (47) : « Je ne me suis pas laisser faire! »

Mieke Vanhuyse (43 ans) : « J’ai une excellente équipe pour m’épauler, j’ai donc pu me concentrer pleinement sur le traitement.  »

Fran Van Trichtveldt (57): « Une chose est sûre, je récupérerai ma poitrine! »

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.