Témoignage : Charlotte, atteinte d’un cancer du sein à 25 ans : ‘J’étais en état de choc’

A l’âge de 25 ans, Charlotte découvre une boule à son sein gauche. Il apparaît qu’elle est porteuse du gène BRCA1 et le mois prochain elle subit une double amputation des seins. Mais Charlotte reste positive. Elle vient d’acheter une maison avec son mari et ils espèrent pouvoir avoir des enfants dans le futur.  

« Début juillet 2016, je découvre un gonflement au-dessus de mon téton gauche. Après une bonne semaine, le gonflement est tout rouge et épais. Je me rends chez mon médecin de famille qui me prescrit des antibiotiques. L’inflammation s’améliore d’abord, mais réapparaît vite. Mon médecin me prescrit à nouveau des médicaments et me dit qu’il vaut mieux que j’aille faire une échographie. La veille de notre départ en vacances je reçois le résultat : il n’y a plus de trace de l’inflammation et je peux partir en vacances l’esprit tranquille.

Vers la fin de mon voyage, la douleur revient et le gonflement réapparaît. J’appelle mon gynécologue et elle me reçoit immédiatement. Elle m’envoie directement faire une nouvelle échographie. Le radiologue vérifie les deux seins et, à ma surprise, m’annonce qu’il y a une boule à mon sein droit.

Etant donné qu’il y a des cas de cancer du sein dans ma famille et qu’ils veulent être sûrs qu’il n’y a rien de grave, une biopsie est faite. Je me dis que ce n’est rien, car j’ai déjà eu plusieurs fois un kyste ou abcès dans ma vie…

Quelques jours plus tard, je suis au travail depuis une heure quand je reçois un coup de fil de ma gynécologue.

“Charlotte? Ce n’est pas bon. Nous avons détecté des cellules malignes.”
J’ai la peur de ma vie. Malignes?! J’appelle tout de suite mon mari qui vient de rentrer de son travail. Je ne sais plus comment je suis rentrée chez moi, je suis complètement en état de choc.

Nous allons directement à l’hopital, où la gynécologue m’attend avec une infirmière du sein. Beaucoup de choses sont dites, des choses dont je ne me souviens plus au fait. Une chose est sûre, il faut encore faire toute une batterie de tests.

Fin septembre, la tumeur est retirée, en même temps que les ganglions lymphatiques de mon aisselle.

Deux semaines plus tard, je me rends à l’UZ Gand pour me faire retirer un morceau de  tissu ovarien et le congeler, afin que je puisse encore espérer avoir des enfants dans le futur…

Le 20 octobre, la chimio  commence, 4 cures d’EC toutes les deux semaines et ensuite 12 semaines de Taxol.

L’EC me casse litéralement. Je perds vite mes cheveux et après 8 semaines, j’atterris à l’hôpital suite à une chute de tension. Je veux tout simplement arrêter, je n’ai plus aucune envie de continuer.

Grâce à l’attitude positive de mes collègues et des infirmiers, j’ai quand même continué. Je devais ET allais guérir. Les 12 séances de Taxol se déroulent plus “facilement”… Je peux à nouveau manger ce que je veux, mes cheveux commencent lentement à repousser, je me sens mieux chaque semaine.

Le mois prochain, je vais subir une double amputation du sein, car je suis porteuse du gène  BRCA1, tout comme ma tante et mes deux soeurs.
J’espère de la sorte ne plus jamais devoir entendre le diagnostic « cancer » dans le futur.

Entretemps, mon mari et moi avons acheté une maison et nous nous réjouissons de ce que le futur apportera.

On espère qu’on pourra peut-être un jour penser à des enfants…

J’aime raconter mon histoire, car je trouve qu’il n’y a pas assez de choses à lire sur les jeunes femmes qui ont des cancers du sein. Les jeunes femmes doivent se rendre compte qu’il est primordial de se faire contrôler, surtout s’il y a des cancers du sein dans la famille !

Je voudrais dire à tous les hommes et femmes qui traversent la même chose que moi : C’est difficile, mais ensemble nous y arriverons! »

 

Désirez-vous également partager votre histoire sur le site web de Pink Ribbon ?
C’est possible ! Envoyez-nous un courrier avec une photo et nous la publierons sur notre page.

Ajouter un commentaire

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.