20181012 Hoe Ga Je Het Best Om Met Mensen Met Borstkanker

Comment se comporter avec des personnes atteintes du cancer du sein ?

Traitement Après le cancer du sein Amitié

Chères amies pour la vie,

Comment se comporter avec des personnes atteintes du cancer du sein ?

Je continue à le répéter : c’est plus difficile pour l’entourage que pour la personne malade. Principalement parce que vous ne savez pas toujours quoi dire.

Il y a quatorze ans, j’étais la fille d’une personne touchée par le cancer et je ne savais pas toujours quoi dire ni quoi faire. Ma mère me disait toujours : « Fais avec, tout simplement, je serai toujours ta mère, la vie continue ». Ma mère est une femme exceptionnellement forte. Je ne pouvais pas me montrer triste et certainement pas pleurer ! Ce que j’ai fait pourtant, mais jamais en sa présence. Une fois, quand elle était absente, mon père et moi avons parlé de sa maladie, pour remettre les choses à leur place.

Il y a deux ans, JE suis devenue la malade et je n’ai jamais pleuré à cause de ma maladie. J’ai moi-même demandé à mon entourage de « simplement faire avec ». Je ne voulais certainement pas de leur pitié et je me réjouissais sincèrement de toutes les personnes qui venaient me rendre visite et qui restaient elles-mêmes.

Par contre, certaines choses ne sont pas à dire.

« Tu as l’air d’aller bien ! »

Je sais que les gens veulent bien faire et que c’est leur façon de me complimenter mais je ne me sentais pas toujours bien. Parfois cela me donnait envie de leur dire, de crier … « Je ne me sens pas bien du tout ! Je suis fatiguée ! J’ai vraiment mal ».

D’autres jours, je réagissais de façon cynique et disais « Je sais, j’ai l’air RAYONNANTE » (en référence aux rayons de la radiothérapie).

J’ai aussi eu une période où je perdais tout empathie, je ne pouvais plus lire de récits de femmes atteintes d’un cancer du sein. Cela m’était impossible, je devais d’abord surmonter ma propre maladie. Quand j’étais malade, la femme du comédien Wouter Duprez était aussi malade. J’étais une fan de Wouter mais je ne pouvais pas regarder même une minute du numéro qu’il avait écrit pour sa femme et son cancer. Je pensais que c’était merveilleux qu’il l’ait fait parce que c’était sa manière d’accepter tout cela. Malheureusement, cela reste le numéro que je ne peux pas voir.

Pourtant, moi aussi j’ai toujours essayé de trouver une note comique à certains aspects de la maladie, pensant que c’était mon droit, ma manière d’accepter cela. Un jour, par exemple, j’ai demandé à mon oncologue (qui avait également soigné ma mère) s’il faisait des abonnements familiaux ? Une carte de réduction ? 1+1 gratuit ou ce genre de chose ?

Une fois, les dessins n’avait pas été bien faits pour ma radiothérapie. Pendant plus d’une demi-heure, 3 médecins et autant d’infirmières revenaient refaire des croix et des traits sur ma poitrine. A un moment, je leur ai dit : « Vous n’avez rien de mieux à faire que de jouer à OXO sur ma poitrine ? ».

Alors, en résumé, mon conseil : restez vous-même et écoutez le malade qui vous dira ce qu’il souhaite.

Bien à vous,

Muriel J

Faire un don

Les donations de particuliers vont vers le fonds Pink Ribbon. L’argent de ce fonds est géré par la Fondation Roi Baudoin.

Donner

Partagez votre histoire

Voulez-vous partager votre histoire sur notre site web Pink Ribbon ? C’est possible !

Écrivez avec nous

Devenez partenaire

Désirez-vous, en tant qu’entreprise, soutenir Pink-Ribbon? C’est possible!

Devenez partenaire