Woman washing her hands with soap 4031825

Témoignage Laurence : "En radiothérapie… et confinée avec mon fils atteint du Covid-19"

Diagnostic Traitement Soins psychosociaux

Laurence (50 ans) a été diagnostiquée d'un cancer du sein en janvier et a été opérée immédiatement après. Elle a commencé la radiothérapie en pleine crise du coronavirus. Mais contrairement à ce que l'on aurait pu penser, les mesures contre le corona ont eu de nombreuses conséquences positives pour Laurence. En raison du confinement, les membres de sa famille sont tout le temps à la maison et ils peuvent profiter de nombreux moments ensemble. Sans ce confinement, cela ne serait jamais arrivé. Laurence raconte son histoire :

Un diagnostic de cancer du sein durant la période du corona

"Alors que je suis âgée de 50 ans, les médecins diagnostiquent un cancer du sein fin janvier 2020. Après une intervention réalisée 15 jours plus tard, j'entame une radiothérapie début avril. Oui, en pleine période de confinement imposé par l'épidémie de coronavirus… Pourtant, accaparée par le rythme des soins, je ne le vis pas comme un stress supplémentaire. D'autant plus qu'à l'hôpital, toute l'équipe reste extrêmement professionnelle et attentive à chacun d'entre nous. Au même moment, mon fils, étudiant infirmier, entame un stage en gériatrie. Et apprend très vite que, suite à un test réalisé dans son service, il est positif au Covid. Mon premier réflexe, c'est de prévenir l'hôpital en craignant l'interruption de mon traitement et le risque de contaminer les plus fragiles. Les médecins me rassurent: ma thérapie se poursuit normalement. Mais avec un planning réorganisé en me programmant dorénavant en toute fin de journée afin d'être la dernière à passer sous les appareils. Pas de test prévu pour moi: ils préfèrent me considérer d'office comme infectée afin de prendre toutes les indispensables précautions. Effectivement, dès que j'arrive, les infirmières s'habillent de pied en cap… comme des astronautes !"

Temoignage Laurence Radiotherapie tijdens corona 1

Garder ses distances

"Quant à mon fils, il reste écarté de son job et isolé à la maison pendant 15 jours. Il présente peu de symptômes: une grosse fatigue, une perte de goût et d'odorat. Il reste dans sa chambre devant laquelle on dépose des plateaux pour les repas. Quand celui de petit-déjeuner a disparu, c'est qu'il est réveillé! La météo est très estivale et il en profite pour jardiner et lire au soleil. Evidemment, pas question de se prendre dans les bras, de s'embrasser, de se croiser, de partager la table familiale, etc. Ce qui ne nous empêche pas de garder le contact mais avec une distance plus importante. Mon fils porte un masque à l'intérieur, ne touche pas les poignées, s'occupe de son linge lui même, etc. Aucun autre membre de la famille ne développe le Covid-19 ni durant cette période, ni les semaines suivantes.

Et aujourd'hui, un mois plus tard? On continue à rester raisonnable et respecter les distances vu le boulot de mon fils à l'hôpital. C'est encore plus vrai pour mes deux autres enfants, étudiants et en blocus, qui veulent éviter à tout prix d'être atteints!

Paradoxalement, ce confinement imposé par le coronavirus allège de nombreuses contraintes liées à ma maladie. Je ne suis jamais toute seule à la maison, je profite de ces moments en famille qui, en temps ordinaires, demeurent trop rares. Je reçois énormément de marques d'affection de la part de mes proches, sous forme de cartes, de vidéo… Et surtout, je garde une confiance totale par la prise en charge médicale. Autant d'éléments précieux qui m'aident à garder le sourire!"

Faites un don

Les dons privés sont transférés dans le Fonds Pink Ribbon. Les recettes de ce Fonds sont gérées par la Fondation Roi Baudoin. Bénéficiez d'une réduction d'impôt de 60% en 2020.

Votre don

Partagez votre témoignage

Voulez-vous partager votre témoignage sur notre site web Pink Ribbon ? C’est possible !

Votre témoignage

Devenez partenaire

Vous souhaitez soutenir Pink Ribbon en tant qu'entreprise ? C'est possible !

Devenez partenaire