Background

Témoignage Samantha Bolle

Dépistage Diagnostic Traitement Après le cancer du sein

07/03/2021 – Le 8 décembre 2015, Samantha est confrontée au diagnostic : cancer du sein. Comme tant d'autres femmes dans son cas, elle ne sait trop comment réagir. Tout est allé assez vite : d'abord une opération chirurgicale qui épargne son sein, puis une longue chimiothérapie. Cinq ans plus tard, Samantha se sent prête à témoigner.

“Une de mes collègues me dit toujours : “Maintenant, tu es Samantha 2.0”. En général, cela représente une amélioration mais, dans mon cas, il s'agit plutôt de petits manques (rires).”

C'est en prenant ma douche que j'ai remarqué une petite boule dans un sein. J'ai attendu deux jours, car mes règles devaient encore venir, mais la petite boule n'a pas disparu. Quand je levais le bras, on remarquait aussi un creux qui se formait sur le bas du sein. Je suis allée consulter mon généraliste, qui a tout de suite vu que quelque chose n'allait pas. A partir de cette visite médicale, tout est allé très vite. Le radiologue a fait une échographie du sein et j'ai compris à son regard que ce n'était pas bon. Puis on m'a fait une mammographie et une IRM. On a cherché s'il y avait des métastases, mais heureusement ce n'était pas le cas. Il y a eu ensuite une longue et lourde procédure. D'abord, j'ai dû me faire opérer du sein, sans ablation. On s'est aperçu que la tumeur était très agressive et j'ai dû entamer une chimiothérapie : 4 fois EC dose dense (ce qui veut dire toutes les 2 semaines au lieu de 3 semaines), 12 fois du Taxol, 18 fois de l'Herceptin, 33 séances de rayons et un traitement antihormonal à suivre pendant cinq, voire huit ans.

Aider les autres

Quand le verdict est tombé, j'ai eu énormément de mal à l'annoncer à notre fils. Nous n'avons rien dit pendant une semaine, parce qu'il allait être en examens. Puis, mon mari a prévenu la famille proche. J'ai toujours été de celles qui parlent facilement de tout, et je n'ai pas eu de mal non plus à parler assez vite de mon cancer du sein. Ce que je trouve sympa, c'est d'avoir pu, par la suite, aider moi aussi d'autres femmes à qui on a fait plus tard le même diagnostic. J'ai pu les préparer en leur racontant mon histoire, en partageant avec elle mes expériences et en les rassurant sur ce qu'elles allaient vivre.

Mon frère a, lui aussi, appris qu'il avait le cancer environ quatre mois avant moi. Chez lui, c'était le poumon. Le pronostic n'était pas bon et il est malheureusement décédé à la fin de ma chimio. Dans la pièce de théâtre "Ik ben kankerpatiënt, et alors ?", dans laquelle je joue, je lis une lettre qui parle entre autres de lui. Mon frère me disait toujours : “Reste bien courageuse, hein, sœurette !”. Et cela a toujours été ma ligne de conduite.

Samantha 2.0

Parler avec une psychothérapeute m'a aidée à trouver et à accepter mon nouveau "moi". Une personne à ne pas confondre avec la Samantha d'avant. Une collègue me disait toujours : “Maintenant, tu es Samantha 2.0”. En général, cela représente une amélioration mais, dans mon cas, il s'agit plutôt de petits manques (rires).” Par malchance, j'ai ressenti beaucoup d'effets secondaires avec le Taxol. Même si je me sentais parfois épuisée, je veillais à rester toujours de bonne humeur. Et le personnel hospitalier s'en rendait compte, alors je leur disais : “Mais pourquoi devrais-je venir en tirant la tête ? J'essaie juste de tirer le meilleur parti de la situation”. Garder un état d'esprit positif a toujours été mon mantra, mon moteur dans la vie. Je ressens encore des picotements et des engourdissements dans les pieds, mais je suis contente de pouvoir me promener. Les effets tardifs du traitement et les effets secondaires du médicament que je prends actuellement, me posent également problème. J'essaie de minimiser autant que possible les bobos physiques et de voir le positif en toute chose.

Je remercie chaque nouvelle journée. Désormais, je profite mille fois plus des petites choses, alors qu'avant je n'y attachais parfois pas d'importance. Maintenant, quand je sors me promener le long de la mer, je remarque à quel point elle est belle à couper le souffle. J'apprécie les moments de paix et je m'accorde chaque jour une parenthèse rien qu'à moi.

Recentere foto Samantha Bolle aangepast formaat
A lire aussi : Les signaux d'alarme du cancer du sein : connaissez-vous les 9 ?

Faites un don

Les dons privés sont transférés dans le Fonds Pink Ribbon. Les recettes de ce Fonds sont gérées par la Fondation Roi Baudoin.

Votre don

Partagez votre témoignage

Voulez-vous partager votre témoignage sur notre site web Pink Ribbon ? C’est possible !

Votre témoignage

Devenez partenaire

Vous souhaitez soutenir Pink Ribbon en tant qu'entreprise ? C'est possible !

Devenez partenaire