Pexels jessica lewis creative 992816

Cancer et alimentation: Dix mythes réfutés

Prévention Traitement Chiffres et faits Centre d'expertise du cancer du sein

07/10/2022 - Face à la crainte bien légitime que suscite une maladie comme le cancer du sein, certains cherchent activement à limiter le risque d’en être victimes. Pas étonnant, donc, qu’il circule tant de mythes concernant le lien entre cancer et alimentation ! Pink Ribbon vous aide à séparer le bon grain de l’ivraie.

Mythe n°1 Un régime pauvre en sucre abaisse le risque de cancer

Le sucre (glucose) est le combustible qui alimente toutes les cellules de notre corps… et donc aussi celles de la tumeur, qui en consomment souvent encore plus que les autres. Bannir le sucre de votre alimentation va toutefois créer un manque pour l’ensemble de vos cellules. En réaction, l’organisme va commencer à dégrader des cellules musculaires et autres pour maintenir en bonne santé des organes vitaux comme le cerveau… et malheureusement, le sucre ainsi libéré est amplement suffisant pour approvisionner également les cellules cancéreuses. Il n’est donc pas possible d’ « affamer » une tumeur. En outre, nombre d’aliments sains comme les fruits et légumes sont également riches en sucres.

Mythe n°2 Un régime pauvre en graisses abaisse le risque de cancer

Le surpoids accroît le risque de cancer du sein et peut être favorisé par une alimentation riche en graisses, mais rayer purement et simplement celles-ci de votre alimentation n’est pas la meilleure approche pour prévenir le cancer ou même pour perdre du poids. Les sucres et protéines aussi contiennent en effet des calories et, consommés en excès, ils peuvent donc également vous faire prendre du poids. Les graisses – de préférences végétales – sont en outre nécessaires à notre santé.

Mythe n°3 Les aliments surgelés abaissent l’immunité et boostent le risque de cancer

Il arrive que les aliments surgelés contiennent plus de nutriments que ceux qui sont frais ! Une salade ou une carotte qui traine au réfrigérateur depuis une semaine a déjà perdu une bonne partie de ses vitamines et minéraux, alors que les produits surgelés conservent beaucoup plus longtemps ces nutriments, parce qu’ils ont été congelés juste après la récolte. Ils se conservent donc plus longtemps et leur qualité est souvent excellente.

Mythe n°4 Les jus de légumes détoxifient l’organisme et abaissent le risque de cancer

Il n’y a pas de mal à consommer des jus de légumes, que du contraire, mais ils ne détoxifient rien du tout ! Nous avons déjà un foie et deux reins pour évacuer les substances nocives et une cure de jus n’apporte aucun bénéfice supplémentaire sur ce plan.

Mythe n°5 Des « super-aliments » pour prévenir le cancer

Le brocoli n’est pas meilleur pour la santé qu’une aubergine ou une courgette. Le terme de super-aliments est un concept marketing utilisé pour promouvoir certains légumes ou suppléments supposés posséder des propriétés anti-cancer. Il n’existe toutefois aucun supplément ou légume spécifique capable de prévenir la maladie. Par contre, les légumes en général ont un rôle à jouer dans une alimentation équilibrée et sont bénéfiques pour la santé. Le meilleur conseil à suivre est de faire des choix variés !

Mythe n°6 Quand on fait du sport, on peut manger ce qu’on veut

Bouger suffisamment contribue à abaisser le risque de cancer, vraisemblablement parce que le surpoids – qui accroît ce risque – est moins fréquent chez les sportives et sportifs. Par contre, le sport à lui seul ne suffit généralement pas à contrôler le poids… et il ne compense absolument pas des habitudes alimentaires malsaines.

Mythe n°7 Évitez le soja, il peut provoquer ou aggraver le cancer du sein

Les graines de soja contiennent des isoflavones dont la structure est apparentée à celle de l’œstrogène, l’hormone féminine qui joue un rôle dans les cancers du sein hormonosensibles. Ceci fait craindre à certains que le soja et ses produits dérivés (lait de soja, tofu, miso, etc.) puissent intervenir dans l’apparition du cancer du sein ou stimuler le développement des cellules cancéreuses. Le lien entre le soja et le cancer du sein a toutefois fait l’objet d’études approfondies, dont il ressort que ces inquiétudes sont injustifiées. Vous pouvez parfaitement consommer des produits du soja, même si vous souffrez déjà d’un cancer du sein.

Mythe n°8 Le ginseng booste le système immunitaire et abaisse le risque de cancer

Le ginseng est une plante à laquelle on attribue depuis des siècles les propriétés médicinales les plus diverses. Commercialisé sous forme de gélules, de tisanes, de racine séchée ou même de crèmes à usage externe, le ginseng passe aussi pour être efficace en prévention ou même en traitement du cancer… mais mieux vaut l’éviter si vous souffrez déjà d’un cancer du sein, car certains indices donnent à penser qu’il stimule en réalité la croissance des tumeurs hormonosensibles !

Mythe n°9 L’huile de lin abaisse le risque de cancers hormonosensibles

Les graines de lin sont riches en acides gras oméga-3 et en fibres et certains en ajoutent volontiers une cuillerée à leurs céréales ou yaourts – une excellente habitude pour la santé. Ces graines et l’huile qui en est extraite sont parfois aussi recommandées en prévention de cancers hormonosensibles comme le cancer du sein. Elles contiennent en effet des substances appelées lignanes qui passent pour être en mesure d’inhiber l’hormone féminine (œstrogène) dans l’organisme et abaisser ainsi le risque de cancer du sein. Jusqu’ici, nous ne disposons toutefois pas de données suffisantes pour confirmer cet effet… et attention, à raison d’une à trois cuillerées par jour, les graines de lin sont aussi toxiques !

Mythe n°10 Le crudivorisme prévient les maladies chroniques et le cancer

Les adeptes du crudivorisme ou alimentation vivante (basée sur des produits crus non transformés) sont convaincus que la meilleure manière de prévenir les maladies chroniques et le cancer est de consommer les aliments sous leur forme la plus pure. D’après eux, des manipulations telles que la cuisson détruiraient en effet une foule de substances utiles. De par sa richesse en fruits et légumes, ce régime n’est probablement pas malsain à proprement parler… mais jusqu’ici, personne n’a pu démontrer qu’il réduit le risque de cancer.

Mais quoi, alors ?

Des études de population à grande échelle révèlent que de saines habitudes alimentaires, comprenant notamment la consommation quotidienne de cinq portions de fruits et légumes conformément aux recommandations nutritionnelles, limitent le risque de développer la plupart des cancers (y compris celui du sein). Faire suffisamment d’exercice – au moins 150 minutes hebdomadaires d’activité modérée à intense – a également un effet favorable à ce niveau.

Globalement, les meilleures mesures à prendre pour limiter au maximum votre risque de maladie oncologique et de rechute sont de surveiller votre poids, de manger sainement, de bouger suffisamment et de modérer votre consommation d’alcool. Cette hygiène de vie est d’ailleurs bénéfique pour la santé de tous vos organes !

Des questions sur les suppléments alimentaires et le cancer ? Jetez donc un coup d’œil sur le guide des compléments alimentaires de la Fondation contre le Cancer : https://www.cancer.be/complementsalimentaires

Lire aussi : La mammographie de dépistage en 10 questions Lire aussi : Déodorant et cancer du sein : le point en 10 questions

Paratagez l'article :

Faites un don

Les dons privés sont transférés dans le Fonds Pink Ribbon. Les recettes de ce Fonds sont gérées par la Fondation Roi Baudoin.

Votre don

Pink Support

Soutenez la lutte contre le cancer du sein à votre manière et enregistrez une action sur la plateforme de Pink Support !

Passez à l'action

Newsletter

Vous voulez rester informé de ce que fait Pink Ribbon ? Inscrivez-vous à notre newsletter !

Newsletter