Bloom Blossom Cherry Blossom 54630

Ce qu'il faut savoir du cancer du sein

Chiffres et faits

Les chiffres en Belgique

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes en Belgique
Près de 10 500 nouveaux cas par an, et tendance à la hausse : + 1% chaque année
Les hommes aussi sont atteints, mais ils représentent moins de 1% des cas
Chaque jour 29 femmes apprennent qu’elles ont un cancer du sein
Chaque jour, environ 100 000 femmes luttent contre le cancer du sein
Chaque jour, 6 femmes décèdent des suites d’un cancer du sein
En-dehors de la santé physique, le cancer du sein a un impact sur tous les aspects importants de la vie : vie émotionnelle, vie familiale, vie sociale, vie professionnelle.

L’espoir

Il est possible de lutter et d’obtenir des résultats en se mobilisant sur 3 fronts : la prévention, le dépistage et le soutien aux patientes.

La prévention

La recherche scientifique le démontre, un style de vie plus sain aide à prévenir le cancer. Un cancer sur trois pourrait ainsi être évité. Les conseils sont simples :

Bouger d'avantage

Des concentrations élevées de certaines hormones peuvent augmenter le risque de cancer. Bouger aide à maintenir les hormones à un niveau sain et renforce le système immunitaire. De plus, bouger aide à prévenir le surpoids. Pas besoin de faire du sport de façon intensive : un minimum d’une demi-heure par jour suffit. Prendre l’escalier, descendre du bus un arrêt plus tôt, ne pas envoyer un e-mail mais aller voir la personne à qui l’on veut parler au bureau, faire le tour du bloc à midi. L’effort peut être réparti sur la journée : 3 fois 10 minutes, c’est aussi bien que 30 minutes d’affilée.

Eviter le surpoids

Le surpoids et le « petit pneu » à la taille peuvent augmenter le risque de cancer. Le tour de taille ne doit pas dépasser 80 cm pour les femmes (94 cm pour les hommes) et il faut tenir le poids sous contrôle. Pour ce faire, il faut calculer le BMI (Body Mass Index) en divisant le poids (en kilos) par le carré de la taille (en mètres). Un BMI supérieur à 25 est indicateur de surpoids et il vaut mieux prendre des mesures le plus rapidement possible pour y remédier.

Manger sainement et limiter l’alcool

Ne pas exagérer dans les quantités est déjà un pas vers une alimentation saine. Privilégier les légumes et les fruits, les fibres et les légumineuses et varier les menus le plus possible. Faire attention aux graisses cachées dans les snacks et éviter les chips. Si on aime le chocolat, se limiter à un ou deux carrés. Diminuer la consommation de viande rouge et éviter les viandes préparées. Limiter l’alcool à une seule consommation par jour. Les femmes qui présentent un risque accru en matière de cancer du sein devraient éviter complètement l’alcool.

Allaiter

Allaiter ses enfants diminue le risque de cancer du sein. L’idéal est d’allaiter pendant un an après la naissance de chaque bébé.

Le dépistage

Le dépistage permet de faire un diagnostic précoce et lorsque le diagnostic est précoce, après 5 ans 9 femmes sur 10 sont en vie et la plupart d’entre elles sont définitivement guéries.
Plus le diagnostic est précoce, moins le traitement sera radical et plus grandes sont les chances de guérison complète.
C’est à partir de 50 ans que les femmes courent le plus de risques de développer un cancer du sein. C’est dans cette tranche d’âge que se présentent les trois quarts des cas. C’est pourquoi il existe un programme de dépistage pour les femmes de 50 à 69 ans. Elles sont invitées à un examen radiographique gratuit des seins (mammotest) tous les deux ans. Cet examen peut détecter une tumeur éventuelle avant les symptômes visibles. Deux radiographies sont prises de chaque sein et celles-ci sont analysées par deux radiologues différents. Si nécessaire, des examens complémentaires tels une echographie, seront réalisés. Dans la plupart des cas, il s’agit d’anomalies bénignes. Mais si le diagnostic de cancer du sein est confirmé, il vaut mieux que ce soit au stade le plus précoce possible afin d’augmenter les chances de guérison.
Il est conseillé aux femmes de prendre contact avec leur médecin si le cancer du sein a été constaté chez une ou plusieurs personnes de leur famille. Il peut s’agir d’une forme héréditaire, c’est le cas pour 5 à 10% des cancers du sein. Un examen génétique peut alors être indiqué.

Les signaux d’alarme

Il est également conseillé de prendre contact avec son médecin si un des symptômes suivants apparaît :
• un gonflement ou une petite boule au sein
• une douleur inhabituelle au(x) sein(s)
• une sécrétion ou un mamelon rétracté
• une inflammation visible par une rougeur et qui peut être chaude au toucher
• une ‘peau d’orange’ ou des inégalités dans la peau
• une petite blessure ou une ulcération qui ne guérit pas
• de l’eczéma autour du mamelon
• un gonflement des ganglions lymphatiques aux aisselles ou aux clavicules

Les malentendus

Il vaut mieux tester ses connaissances pour en avoir le cœur net sur une série de vérités ou contre-vérités:

1. La mammographie peut prévenir le cancer du sein : Faux
Une mammographie permet de détecter une toute petite anomalie avant qu’il n’y ait des symptômes visibles ou avant qu’on ne puisse sentir quoi que ce soit. Mais tous les cancers du sein ne présentent pas d’anomalies précoces repérables sur une mammographie et toutes les anomalies ne sont pas repérées. Voilà pourquoi lors d’un mammotest toutes les mammographies sont lues par 2 radiologues indépendants. Si les résultats sont différents, également par un 3ème. Une nouvelle tumeur cancéreuse peut également naître pendant la période entre deux mammotests.

2. Les femmes qui ont de petits seins ont moins de risque de cancer du sein : Faux.
Théoriquement, on pourrait supposer que davantage de tissu glandulaire et davantage de stimulation hormonale provoquent un risque accru de cancer du sein. Pourtant, les données scientifiques démontrent que les femmes qui ont des seins plus lourds ne présentent pas plus de cancers du sein que les femmes qui ont de petits seins.

3. Les déodorants et les soutien-gorge à armatures peuvent provoquer le cancer du sein : Faux.
Ce sont des données qui circulent souvent sur internet, mais il n’y a actuellement aucune recherche scientifique qui démontre un lien de cause à effet.

4. Le risque de cancer du sein croît en fonction de l’âge : Vrai
L’âge est un facteur de risque pour le cancer du sein. Plus vous avancez en âge, plus le risque est grand. Les trois quarts des cas se présentent à partir de 50 ans.

5. Une tumeur au sein signifie presque toujours un cancer : Faux
Une petite boule au sein est un des signaux d’alarme qui doivent vous amener à consulter un médecin. Mais la plupart sont heureusement des anomalies bénignes. Il s’agit souvent de phénomènes “fibrocystiques”, de fibroadénomes, ou d’autres affections bénignes.

6. Lors d’un cancer du sein on peut toujours sentir la tumeur dans le sein : Faux
Une tumeur maligne est très petite au début et existe souvent depuis longtemps avant de provoquer des symptômes visibles. Une mammographie peut dépister une anomalie alors qu’il est impossible de la sentir, même pour un médecin expérimenté.

7. Je mange sainement, ne bois pas d’alcool, évite le surpoids et fais beaucoup de sport. Je ne peux donc pas avoir le cancer du sein : Faux
Malheureusement ce n’est pas si simple. Bien que la recherche scientifique ait démontré qu’un tiers des cancers peut être évité par un style de vie sain, ceci n’est pas la garantie d’une vie sans cancer. Il existe une série de facteurs de risque pour le cancer du sein que nous n’avons pas sous contrôle.

8. Allaiter peut diminuer le risque de cancer du sein : Vrai
L’idéal est d’allaiter pendant un an après la naissance de chaque enfant.

9. Les traitements hormonaux après la ménopause augmentent le risque de cancer du sein : Vrai
Traiter les femmes ménopausées par des substitutions hormonales peut augmenter le risque de tumeurs au sein dues aux hormones. Depuis 2002, ce type de traitement est prescrit moins fréquemment.

10. Le cancer du sein peut survenir à n’importe quel âge : Vrai
Le risque de cancer du sein croît avec l’âge, mais il peut également survenir auprès de femmes jeunes. Il est heureusement exceptionnel avant l’âge de 25 ans et rare avant l’âge de 30 ans.

11. La chance de guérison ne dépend pas du stade auquel le cancer du sein est détecté : Faux
La chance de guérison dépend de différents facteurs, entre autres le stade auquel le cancer du sein est détecté. Plus tôt la maladie est dépistée, plus grande la chance de guérison et plus grande la possibilité d’un traitement moins invasif.

12. Ma maman a/avait un cancer du sein. Je l’aurai donc moi aussi : Faux
Si le cancer du sein survient chez des personnes faisant partie de votre famille directe, telles que par exemple votre maman, soeur ou grand-mère, il se peut que vous ayez un risque accru de l’avoir. Ce qui ne signifie pas que vous l’aurez avec certitude. Eventuellement un examen d’hérédité peut être utile: la forme génétique représente 5 à 10% du nombre total des cancers du sein.

Faire un don

Les donations de particuliers vont vers le fonds Pink Ribbon. L’argent de ce fonds est géré par la Fondation Roi Baudoin.

Donner

Partagez votre histoire

Voulez-vous partager votre histoire sur notre site web Pink Ribbon ? C’est possible !

Écrivez avec nous

Devenez partenaire

Désirez-vous, en tant qu’entreprise, soutenir Pink-Ribbon? C’est possible!

Devenez partenaire