Scientist in lab 3735706

Remboursement total de MammaPrint

Traitement

Depuis le 1er juillet 2019, les tests de profilage d'expression génétique sont remboursés pour certaines patientes atteintes d'un cancer du sein et traitées dans une clinique du sein agréée. La Fondation Registre du Cancer a pu estimer le nombre de patientes concernées sur base d'une analyse de données avec l'appui financier de Pink Ribbon.

Les traitements contre le cancer évoluent en permanence et sont de plus en plus individualisés, au point que l'on peut presque parler de traitements sur mesure. Pour aller plus loin en ce sens, il est primordial de cerner au mieux les caractéristiques de chaque tumeur du sein détectée. Cela permet de maximiser le taux de réussite du traitement et donc d'augmenter les chances de survie.

Le test d'expression génétique, un excellent complément de diagnostic

Au moment de choisir une stratégie de traitement, les équipes soignantes se penchent classiquement sur l'âge de la patiente, la taille de la tumeur, la sensibilité hormonale et le statut HER2, ainsi que sur une éventuelle atteinte des ganglions lymphatiques. Le test d’expression génétique permet d'aller plus loin. Il s'agit, en effet, d'un test capable de déterminer pour la tumeur présente un risque accru ou, au contraire, réduit de rechute ou de métastases. Selon le résultat du test, le médecin traitant peut décider de prescrire ou non une chimiothérapie. Si le risque de métastases est faible, la patiente pourra éventuellement se passer d'une lourde chimiothérapie et éviter les pénibles effets secondaires qui l'accompagnent – perte de cheveux, nausées, fatigue, troubles de la concentration…

Quand ce test est-il recommandé ?

Chaque année, le registre de la Fondation Registre du Cancer consigne quelque 10.000 nouveaux diagnostics de cancer du sein chez la femme. Aujourd'hui, la grande majorité d'entre eux (82,2 %) sont détectés à un stade précoce (46,5 % au stade I et 35,7 % au stade II). Pris à temps, le cancer du sein se traite localement, c'est-à-dire uniquement avec de la chirurgie ou en associant la chirurgie à de la radiothérapie. En théorie, cela suffit à faire disparaître la tumeur, étant donné que celle-ci est encore très limitée.

Mais un certain nombre de patientes traitées de cette façon courent le risque de développer des métastases. Celles-ci sont causées par des cellules cancéreuses métastatiques qui étaient déjà présentes sans avoir pu être détectées au moment du diagnostic. Pour détruire ces cellules métastatiques, on prescrit une chimiothérapie dans l'espoir d'empêcher la maladie de progresser. Tant que l'on ignore quelles patientes à un stade précoce sont à risque d'avoir des métastases, on a tendance à jouer la carte de la précaution en leur prescrivant une chimiothérapie. Pour une partie d'entre elles, ce traitement est superflu en raison de leur faible risque métastatique. Or elles y sont malgré tout soumises.

Le test d'expression génétique permet d'éviter cela en distinguant les patientes à faible risque des patientes à risque plus élevé. Malheureusement, ce test coûte environ 3.000 euros, un prix trop élevé pour pouvoir le proposer (et le rembourser) systématiquement à toutes les femmes atteintes d'un cancer du sein. Il ressort d'une étude de la Fondation Registre du Cancer, menée avec l'appui financier de Pink Ribbon, que pour environ 13 % de l'ensemble des patientes atteintes d'un cancer du sein ce test d'expression génétique est un plus capable de déterminer si une chimiothérapie est nécessaire ou pas.

Remboursement

Dans le cadre d'un projet pilote, l'INAMI rembourse depuis le 1er juillet 2019 le test pour quelque 1.400 patientes. Ce projet pilote court sur trois années. Au total, 13 % de l'ensemble des femmes atteintes d'un cancer du sein seront testées. Ce pourcentage représente les patientes chez qui on se pose la question de l’utilité d’une chimiothérapie en fonction des analyses classiques. Pour ces femmes, le MammaPrint permettra de sélectionner le traitement le plus approprié. Les cliniques du sein officiellement reconnues ont conclu un accord avec l'INAMI dans le cadre de ce projet pilote. Le MOC (Consultation multidisciplinaire en oncologie) détermine quelles patientes ont droit à un test (remboursé). Les patientes qui n'ont pas droit à un remboursement peuvent, bien entendu, faire le test à leurs frais.

Lexique

  • MammaPrint : c'est ce que l'on appelle un test de profilage d'expression génétique (GEP), capable de cartographier une partie du patrimoine génétique des cellules cancéreuses. Outre le MammaPrint, le plus souvent pratiqué en Belgique, le test américain Oncotype DX et le test NGS seront également remboursés dans le cadre du projet pilote de l'INAMI.
  • HER2- ou HER2 négatif : en cas de cancer du sein HER2-positif (environ 10 % des cas), on retrouve beaucoup de HER2 sur les cellules cancéreuses. Le HER2 est une protéine qui régule la croissance et la division des cellules mammaires normales. Seules les tumeurs HER2 négatives sont prises en compte dans le cadre du projet.
  • Cancer du sein hormonosensible : il s'agit d'un cancer du sein qui se développe sous l'influence de deux hormones, l'œstrogène et la progestérone.
  • ER+ : tumeur positive aux œstrogènes ou tumeur qui se développe sous l'influence d'une des deux hormones féminines, l'œstrogène.
  • PR+ : tumeur positive à la progestérone ou tumeur qui se développe sous l'influence d'une des deux hormones féminines, la progestérone.
  • MOC : Consultation multidisciplinaire en oncologie ou consultation entre les prestataires de soins de santé de différentes disciplines dans le traitement d'un(e) patient(e) atteint(e) d'un cancer.

Faites un don

Les dons privés sont transférés dans le Fonds Pink Ribbon. Les recettes de ce Fonds sont gérées par la Fondation Roi Baudoin.

Votre don

Partagez votre témoignage

Voulez-vous partager votre témoignage sur notre site web Pink Ribbon ? C’est possible !

Votre témoignage

Devenez partenaire

Vous souhaitez soutenir Pink Ribbon en tant qu'entreprise ? C'est possible !

Devenez partenaire