Assorted Beauty Blur 457702

Astuces de beauté

Soin psychosociaux

Durant les thérapies du cancer, votre corps endure de lourdes agressions. Vous perdez peut-être vos cheveux, vous êtes épuisée... Voice quelques réponses à vos principales questions.

Ma peau

  • Comment va évoluer ma silhouette?
    La réponse dépend de votre situation personnelle et du traitement qui vous subissez. La chimiothérapie peut réduire votre appétit et vous faire perdre du poids. Si vous devez prendre de la cortisone, votre appétit va augmenter et vous risquez de grossir. En outre, l'hormonothérapie peut aussi provoquer l'accumulation de kilos supplémentaires. Si votre cancer est à un stade avancé, vous maigrissez énormément. Dans tous les cas, il est important d'accorder une attention bienveillante à votre organisme durant les traitements.
  • Comment soigner ma peau?
    Avec les traitements, votre peau est temporairement plus sèche et plus fine, ce qui peut vous faire paraître plus âgée. En outre, elle est plus fragile et plus sensible. Prenez-en soin pendant et après le traitement avec des cosmétiques adéquats. Demandez conseil au personnel infirmier, surtout si vous subissez une radiothérapie.
    Quelques conseils:
    > Ayez des gestes très doux pour appliquer les produits et séchez délicatement votre peau.
    > Optez pour des bains et des douches de courte durée, appliquez une crème hydratante ou une huile, et n'utilisez aucun produit contentant de l'alcool.
    > Vaporisez votre parfum sur vos vêtements plutôt que sur votre peau.
  • Puis-je aller au soleil?
    Certains médicaments utilisés en chimiothérapie peuvent provoquer des taches de pigmentation ou des brûlures au soleil. Les cicatrices récentes doivent être protégées. Utilisez donc un soin solaire pourvu d'un indice de protection élevé ou, mieux encore, portez des longues manches, une casquette et couvrez le décolleté.

Mes cheveux

  • Vais-je perdre mes cheveux pendant la chimiothérapie?
    C'est généralement inévitable. La chimiothérapie attaque les cellules cancéreuses, mais aussi toutes les autres cellules et, en particulier, les cellules sensibles des follicules pileux. Vos cheveux tombent, mais sont aussi touchés les poils des aisselles et du pubis, les cils et les sourcils. Ceux-ci s'affinent ou tombent complètement. Pour certaines femmes, cette situation est plus lourde à vivre que les traitements eux-mêmes. Et c'est compréhensible vu qu'elles perdent une partie de leur féminité et de leur personnalité. Qui plus est, ces signes indiquent clairement, pour vous et vos proches, votre maladie.
    > Dans la plupart des cas, vos cheveux commencent à tomber deux semaines après le début du traitement. En retrouver plein sur le peigne et sur son oreiller reste une épreuve difficile. Voilà pourquoi de nombreuses femmes préfèrent prévoir, dès le début de la chimiothérapie, une coupe très courte, voire un rasage de la tête.
  • Combien de temps faut-il pour la repousse?
    Normalement, les cheveux commencent à repousser dès la fin du traitement. Les coiffeurs recommandent de couper les premiers afin de bénéficier ensuite d'une chevelure abondante et plus jolie. D'autre part, lors de la repousse, les cheveux gris peuvent disparaître, la texture se modifie parfois, des mèches lisses vont boucler... Mais, en principe et sauf exception particulière, la repousse a toujours lieu.
    > Si vous perdez vos cheveux après la radiothérapie ou la chimiothérapie, la mutuelle propose une intervention allant jusqu'à € 180 pour l'achat d'une perruque. Ce remboursement est renouvelable tout les deux ans.
  • Un bonnet glacé est-il utile?
    Le port d'un bonnet glacé sur la tête durant la chimiothérapie permet de ralentir ou d'éviter la perte de cheveux. Mais ce bonnet entraîne des maux de tête, de dents et d'oreilles. Il est également très difficile à supporter. Vous pouvez également utiliser des gants glacés pour estomper la perte des ongles. N'hésitez pas à en parler aux infirmières si vous estimez que cela représente une bonne solution.
    > Evitez, en cours de traitement, d'absorber des compléments alimentaires destinés aux cheveux. Ces actifs pourraient contrebalancer les effets de la chimiothérapie.
  • Quelle perruque choisir?
    Vous avez le choix entre une perruque en cheveux synthétiques et une perruque en cheveux naturels. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients. Les perruques en cheveux naturels sont un peu plus souples et ressemblent à une vraie chevelure. Mais elle sont jusqu'à trois fois plus lourdes, nécessitent plus d'entretien et sont beaucoup plus chères. Les perruques synthétiques sont plus pratiques à utiliser: les boucles et les ondulations restent mieux en place, elles sont faciles à nettoyer à l'eau et au savon, elles sèchent rapidement et sont moins coûteuses. Demandez à la personne qui les vend comment les porter et les entretenir. Une liste d'adresses est disponible sur www.cancer.be (magasins de perruques).
    > Les prix varient entre € 100 et € 1000. Quelque € 180 sont remboursés par l'assurance maladie. Pour cela, demandez une prescription à votre médecin pour l'obtention d'une prothèse capillaire et une facture lors de l'achat de la perruque. Fournissez ces deux documents à votre mutualité. Certaines d'entre-elles prennent en charge la totalité de cet accessoire.

Ma féminité

  • Comment me faire belle?
    Votre peau plus terne et la disparition de vos cils et sourcils risquent de créer un sentiment étrange quand vous vous regarderez dans le miroir. Consultez une maquilleuse qui vous donnera des astuces personnalisées, vous apprendra à dessiner une ligne de sourcils, vous dirigera vers un nouveau look.
    > Des soins et conseils gratuits : De nombreux hôpitaux offrent de plus en plus fréquemment des soins et conseils et conseils esthétiques gratuits. Estée Lauder soutient depuis près de 20 ans les personnes souffrant de cancer du sein. Leur action "Look Good, Feel Better" ("Bien lookée pour se sentir mieux") est u programme soutenu par la Fondation Contre le Cancer. Il se compose d'un soin de visage (nettoyage, massage, masque hydratant, crème de jour nourrissante), d'un massage relaxant des mains et, éventuellement, d'un maquillage discret. Demandez conseil auprès de l'hôpital qui vous suit ou auprès de la Fondation Contre le Cancer. (Département Accompagnement Social, Tél. : 02 736 99 99 ou social@cancer.be)
  • Comment me sentir à nouveau féminine?
    > Même si, pour l'instant, vous ne pouvez pas trop insister sur votre décolleté, mettez en évidence vos autres atouts féminins : une robe rouge, des escarpins à talons, des collants glamour...
    > Désirez-vous dénuder le haut? Optez pour une encolure drapée ou un décolleté asymétrique. Ou accumulez les couches : un chemisier transparent sur un top plus sage. Ou préférez carrément un décolleté... dans le dos!
    > Choisissez des tissus sensuels, tels la soie, le coton léger, le satin ... Ils sont plus souples et vous fournissent une sensation complètement différente, plus douce et plus agréable que les vêtements synthétiques, souvent moins confortables.
    > Mettez un soutien-gorge pour prothèse avec un top en dentelle.

Ma lingerie

  • Quelle prothèse dois-je prendre?
    Quand vous quittez l'hôpital, vous recevez une prothèse légère qui équilibre votre silhouette. Vous pouvez la porter jusqu'à la guérison de la plaie. Ensuite, passez à une prothèse définitive en silicone. Certaines se fixent dans un soutien-gorge, d'autres se portent sur le corps. Il en existe de différentes tailles, formes, couleurs et prix. Demandez de l'aide et des conseils aux infirmières des soins à domicile.
    > Demandez une prescription de prothèse à votre médecin et remettez-la, accompagnée de la preuve de paiement, à la mutualité. Vous pouvez bénéficier d'un remboursement tous les deux ans.
  • Où puis-je trouver de la lingerie ou des maillots de bain adaptés?
    Au moment de l'achat, donnez priorité au confort : choisissez un modèle de base bien ajusté, avec de larges bretelles, un soutien suffisant à l'arrière et à l'avant, afin que la prothèse reste cachée en toute sécurité. Si le soutien-gorge est adapté à votre mesure, vous ne risquez pas de souffrir de vos épaules et du dos. Achetez-le dans un magasin spécialisé et faites-vous conseiller. Réalisez cela après la chirurgie.
    > Vous pouvez trouver la lingerie adaptée dans certains magasins de lingerie. Et notamment: www.amoena.be, www.anita.com, www.comptoir-de-vie.com, www.silhouette-naturelle.com ;
  • Comment soulager un "gros bras" (lymphœdème)?
    Afin d'éliminer des cellules tumorales quelquefois présentes dans les ganglions axillaires, ces derniers doivent également être ôtés. Ce qui perturbe le système lymphatique. Comme la lymphe ne circule plus correctement, elle s'accumule au fil du temps jusqu'à d"border dans les tissus voisins. Cela peut provoquer un gonflement, mais aussi des raideurs, de la douleur et une gêne dans les activités quotidiennes. Cette situation n'est pas dangereuse en soi, mais mieux vaut la traiter à un stade précoce. Consultez directement votre médecin si vous ressentez une gêne. Le praticien va alors vous prescrire quelques séances de physiothérapie:
    - un drainage lymphatique manuel, permettant de stimuler les glandes
    - une pressothérapie où votre bras est glissé dans un manchon qui, en gonflant et se dégonflant, effectue un massage
    - l'application d bandages élastiques pour une pression douce pendant 24 à 48 heures.
  • Comment gérer la douleur?
    Vous pensez que plus la tumeur est grande, plus la douleur est importante? C'est une erreur ! Quelquefois, des petites tumeurs ou des lésions débutantes entraînent beaucoup plus de maux. Les recherches ont montré que ce n'est pas la tumeur elle-même qui est à l'origine des désagréables sensations, mais l'endothéline (ET-1), une substance sécrétée par le cancer qui irrite les nerfs. La peau devient également hypersensible. Tout le monde n'est pas soumis aux effets de l'ET-1 et tout le monde ne présente pas les mêmes sensibilités. Si vous êtes dans le cas, faites-vous aider avec des médicaments antalgiques, des antidépresseurs, des neuroleptiques ...
    > Plus rapidement vous demanderez un médicament pour réduire la douleur, mieux vous vous sentirez. Une douleur non traitée risque de devenir chronique.
  • Vais-je être ménopausée?
    La chimiothérapie ou l'hormonothérapie peuvent provoquer une ménopause temporaire. Celle-ci s'accompagne parfois de symptômes associés: peau sèche, sécheresse vaginale, bouffées de chaleur... En principe, vous récupérez vos cycles habituels après le traitement, surtout si vous êtes jeune. Si vous présentez une ménopause précoce, le médecin peut vous prescrire un traitement hormonal de substitution (THS): parlez-en avec le gynécologue.
    > Le spécialiste: il y a des controverses en cours sur l'impact possible de l'hormonothérapie sur le cancer du sein. Les femmes qui utilisent cette THS présentent plus de risques de développer un cancer du sein, surtout si la thérapie est absorbée durant de nombreuses années. Après un cancer hormone-sensible, l'hormonothérapie est de toute façon interdite. Discutez de votre cas particulier avec un médecin.

Partagez votre histoire

Voulez-vous partager votre histoire sur notre site web Pink Ribbon ? C’est possible !

Écrivez avec nous

Faire un don

Les donations de particuliers vont vers le fonds Pink Ribbon. L’argent de ce fonds est géré par la Fondation Roi Baudoin.

Donner

Devenez partenaire

Désirez-vous, en tant qu’entreprise, soutenir Pink-Ribbon? C’est possible!

Devenez partenaire