Art Artistic Background 1831234 1

Témoignage Laura : Ma première mammographie de dépistage

Prévention Dépistage Diagnostic

Votre première mammographie : pour de nombreuses femmes, un moment effrayant. Dans l’espoir d’un résultat rassurant, elles font un dépistage préventif du cancer du sein. Intéressé à savoir comment une femme vit cet examen? Laura Cerrato partage volontiers ses expériences. N’hésitez sûrement pas de participer au Mammoquiz via https://www.mammoquiz.be/ pour tester et approfondir vos connaissances sur les sains, le cancer du sein et le dépistage préventif.

090720186 PRET LLC Photo Laura

J’ai passé un grand cap cette année : j’ai eu 40 ans.
Comme si ça n’était pas assez traumatisant d’avoir un 4 dans la décennie de son âge, les 40 sonnent l’heure de la toute première mammographie. Oh joie.
Je suis la première à reconnaitre l’utilité et l’importance de ce genre de dépistage, mais, on n’y va tout de même pas de bon cœur et en souriant le moment venu.

Voilà donc comment depuis des mois je me bats avec :

  • Le petit ange blanc apparu sur mon épaule gauche et qui me dit de faire ce qu’il faut, d’agir en personne responsable et mature, et de prendre donc rendez-vous le plus tôt possible. Il vaut mieux au final prévenir que guérir. Bref, tout un tas d’idées logiques et sensées.
  • Et le petit diable à ma droite qui me donne plein de bonnes raisons de ne pas le faire. Enormément d’arguments assez tentants, malheureusement. Ma maman ayant eu un cancer du sein du type triple négatif il y a maintenant deux ans, et l’ayant accompagnée activement durant tout le traitement, ce dépistage n’est pour moi ni une routine ni innocent. Le petit personnage à droite marque plein de bons points pour que j’aille dans son sens et fasse semblant d’oublier l’existence de cet examen.

Mais j’ai dû dire au petit monstre rouge que cette fois-ci tu il avait perdu, j’ai décidé d’aller faire la mammographie. Ange de gauche 1 – Petit diable à droite 0.

Alors pour se venger, il a parsemé mon esprit avec plein de questions auxquelles j’ai mis quelques temps à répondre.

  • Où aller ? C’est mieux d’aller dans un petit centre ou dans un hôpital avec des machines ultra sophistiquées ?
  • Quand aller ? Dépendant de votre cycle, vos seins peuvent être plus ou moins douloureux. Malheureusement, on n’a pas d’autre choix que d’accepter la date qu’on vous propose : dans mon cas, juste à la fin du cycle quand ça fait super mal.

Le premier rendez-vous

Une fois tout ça dépassé, après avoir géré les petites bêtes sur vos épaules et avoir débattu avec vous-mêmes sur le fin fond philosophique de toutes ces questions, vous arriverez au point où votre rendez-vous tant attendu arrivera. Alors, vous essayez de trouver milles excuses pour essayer de reporter ledit rendez-vous.

Et c’est là que vous vous vous surprenez à penser qu’un petit tremblement de terre pas trop grave qui vous empêcherait d’aller à votre rendez-vous serait le bienvenu.

C’est avec les pieds de plombs, accompagnée de votre petit monstre rouge qui rouspète dans tous les sens, que vous vous rendez au fatidique endroit pré-choisi pour faire ce dépistage.

Plein de peurs et de doutes, vous passez alors la porte du cabinet. Le petit ange blanc vous rappelle que, comme ils vont avoir vos nénés entre les mains, c’est mieux de rester raisonnable. En portant tout le désespoir du monde sur vos épaules, vous vous déshabillez et attendez patiemment qu’on vienne vous chercher pour le martyr.

On vous escorte ensuite vers la salle de torture, vous découvrez un énorme appareil qui va aplatir vos nénés comme des crêpes.

Crêpes

Le moment que vous vous placez devant le machine, on vous prend ensuite vos nénés et vous les déposez sur le verre de la machine. On vous demande de bien vous positionner, et c’est parti mon kiki.

La machine va lentement vous comprimer jusqu’à ce que vos beaux petits seins en général ronds deviennent comme des plats petits pancakes.

C’est là, alors que vous êtes dans une position improbable et hautement inconfortable, qu’on vous apprend qu’il y a 4 clichés. Pas forte en maths, vous essayez quand même de faire l’équation dans votre tête. Mais, 4 clichés ? Ça veut dire 4 fois des pancakes ?

Ah oui ! Ça veut dire effectivement exactement ça.

Mais vous n’avez même pas le temps de râler que vous sentez les plaques se resserrer. Ben mince alors, vous ne saviez même pas que c’était possible d’aplatir vos nénés de la sorte! On en apprend tous les jours. Heureusement la compression ne dure que quelques secondes. Vous pouvez compter jusque 10 crocodiles. Et vous réalisez à ce point que 10 crocodiles c’est quand même long… Votre néné de droite est fait. Maintenant celui de gauche.

C’est quand vous pensez qu’au final ça a été, même avec deux crêpes en guise de seins, qu’on vous explique que maintenant, on va prendre des photos de profil. Ah oui, c’est logique au fond, photos de face et de profil, comme les criminels. Manque plus que la règle noire et blanche et un signe « wanted » et vous avez tout ce qu’il faut pour un bon western.

Bon alors vous vous rapprêtez à déposer votre petite crêpe droite sur la machine, qui entre temps a tourné pour pouvoir vous prendre de profil, en caressant l’idée rassurante que ça va bientôt être fini. Eh bien, l’écrasement latéral est encore plus pénible que le frontal. Les 10 crocodiles vont vous sembler 150 et vous commencez vraiment à en avoir un peu marre. Heureusement, votre néné droit a fini d’être torturé ! Plus qu’une petite photo de profil du gauche et c’est terminé ! Les 150 crocodiles ressentis auparavant, sont devenus 200 et c’est avec un soupir béat que vous retirez votre petite crêpe gauche de la machine une fois que la machine se desserre.

C’est fini ! Vous vous en êtes sortie comme une cheffe ! Même pas si mal que ça, vous n’avez pas pleuré, vous n’avez engueulé personne et vous êtes toujours vivante ! Maintenant il ne manque plus que l’échographie et vous pourrez sortir de là avec le sentiment d’avoir accompli quelque chose de grandiose.

L’échographie, ça va aller, après la séance d’aplatissage que vous venez d’avoir vous pensez que ça va être une balade en forêt.

On vous fait donc passer dans la salle d’à côté et vous demande de patienter pendant que le médecin arrive. Toute nue et pleine de sentiments pudiques, vous patientez donc, étalée sur la table pendant que le médecin regarde les clichés que vous venez de faire.

Vous aurez alors l’impression que les minutes, pour vous embêter, remontent le temps au lieu de le descendre et les petits personnages à gauche et à droite vont commencer un match de tennis féroce pour semer encore plus la panique dans votre tête.

Fin du match

Comme ça pendant les minutes les plus longues de votre vie jusqu’à ce que vous entendiez les pas du médecin arriver.

« Les clichés sont rassurants ».

Les 4 mots les plus beaux de la langue française viennent d’être prononcés. Tout d’un coup, vous vous rendez compte que vous n’êtes pas encore tout à fait sortie de l’auberge. Il faut quand même faire l’échographie.

C’est alors que vous vous apprêtez à presque regretter les clichés latéraux de la machine de la pièce à côté. Le docteur vous couvre de gel et commence l’échographie. Vos nénés transformés donc en piste tout terrain, seront pratiqués sous toutes leurs coutures, à droite, à gauche, en haut, en bas, dans leurs recoins les plus secrets. Une fois fini le gauche, elle va s’en prendre au droit pendant tout autant de temps. Mais au final, c’est avec vos nénés raplatis et traumatisés que vous accueillerez la bonne nouvelle : l’examen est rassurant, il n’y a rien d’inquiétant.

Yes !

Petit ange blanc 2 – petit diable rouge 0. Fin du match.

C’est en vous sentant comme une super-héroïne que vous vous féliciterez d’avoir eu le courage de faire tout ceci et que vous penserez que, dans tous les cas, le petit personnage blanc avait raison : vaut mieux prévenir que guérir, le dépistage est d’une importance primordiale et ça ne se discute pas. Alors oui, pendant les jours qui suivront vous aurez des petits souvenirs de ce beau moment passé en compagnie de votre médecin et de ses machines mais, vous aurez aussi le bonheur de savoir que tout va bien et ça, ça ne se paye pas, comme chez MasterCard.

La plus part du temps votre histoire ressemblera à la mienne et vous ressortirez de là soulagée et contente. Parfois malheureusement, ce ne sera pas le cas, mais l’examen vous aura permis de ne pas prendre les choses trop tard et si le dépistage est fait régulièrement vous prendrez toujours les choses à temps. Alors n’hésitez jamais et laissez toujours le petit personnage blanc gagner le match et vous conduire jusqu’à la salle d’examen pour le dépistage.

Alors maintenant, vous pouvez rassurer vos nénés et ranger vos petits personnages pour les prochains 12 à 18 mois !

Faites un don

Les dons privés sont transférés dans le Fonds Pink Ribbon. Les recettes de ce Fonds sont gérées par la Fondation Roi Baudoin.

Votre don

Partagez votre témoignage

Voulez-vous partager votre témoignage sur notre site web Pink Ribbon ? C’est possible !

Votre témoignage

Devenez partenaire

Vous souhaitez soutenir Pink Ribbon en tant qu'entreprise ? C'est possible !

Devenez partenaire